lundi 7 mai 2007

Du plateau des Glières aux Lac des Confins...

Une balade dominicale pour ne pas changer...

Départ pour le plateau des Glières, puis halte à Thones pour manger et finalement La Clusaz et le Lac des Confins...

Alors, c'est devenu une habitude maintenant... on commence par un petit montage vidéo.

Le reportage photo viendra plus tard...




La musique est de Bernardo Lanzetti et s'apelle Impressioni Di Settembre.

Bernado Lanzetti est l'ancien chanteur de Premiata Forneria Marconi (PFM) et l'actuel chanteur de Mangala Vallis.

La légende prétend qu'il aurait inspiré Peter Gabriel dans sa façon de chanter...

Voici les paroles de la chanson :

Quante gocce di rugiada intorno a me
cerco il sole, ma non c'è.
Dorme ancora la campagna, forse no,
è sveglia, mi guarda, non so.
Già l'odor di terra, odor di grano
sale adagio verso me,
e la vita nel mio petto batte piano,
respiro la nebbia, penso a te.
Quanto verde tutto intorno, e ancor più in là
sembra quasi un mare d'erba,
e leggero il mio pensiero vola e va
ho quasi paura che si perda...
Un cavallo tende il collo verso il prato
resta fermo come me.
Faccio un passo, lui mi vede, è già fuggito
respiro la nebbia, penso a te.
No, cosa sono adesso non lo so,
sono un uomo, un uomo in cerca di se stesso.
No, cosa sono adesso non lo so,
sono solo, solo il suono del mio passo.
e intanto il sole tra la nebbia filtra già
il giorno come sempre sarà.

Et la traduction...

Autour de moi, des gouttes de rosée.
Je cherche le soleil mais il se cache.
La campagne sommeille encore, peut-être pas, elle est éveillée, me regarde, je ne sais pas…
Déjà l’odeur de la terre, l’odeur du grain, la vie que je ressens au plus profond de moi, respirent la brume, et je pense à toi…
Tout est vert autour de moi et encore plus là où l’herbe s’étend à perte de vue.
Ma pensée est légère et tourbillonne, j’ai presque peur de la perdre.
Un cheval tend le cou vers le pré, il reste tranquille, comme moi.
Je fais un pas, il me voit, déjà il fuit, je respire la neige et je pense à toi…
Non, que suis-je maintenant, je ne le sais pas…
Je suis un homme, un homme à la recherche de lui-même.
Non, que suis-je maintenant, je ne le sais pas…
Je suis seul, seul avec le bruit de mes pas.
Et entretemps, au travers de la neige, les rayons du soleil filtrent déjà.
Un autre jour se lèvera.

Le 2ème morceau est de La Maschera Di Cera - Album : LuxAde

En parlant de musique, dorénavant, vous pourrez écouter la même chose que moi ! Il suffit d'aller en bas de page : il y a un lecteur. Si vous faites 'PLAY' le lecteur choisira des morceaux inspirés de ce que j'écoute...

Bonne écoute....

Print this post

3 commentaires:

Anonyme a dit…

Jolie balade sur une mélodie romantique, j'adhère... ;-) Ciao...

Pina a dit…

Coucou Dario,

Désolée j'ai essayé de laisser un message sur ton blog mais je
suis bloquée.

Donc, je te donne mes impressions par ce msg.

C'est vraiment FANTASTIQUE !! Ces images à couper le souffle accompagnées
par cette mélodie sont vraiment sublimes. Comme je disais sur le commentaire,
on croit sentir vraiment la nature (les différentes odeurs).

Petit rectificatif, je voulais aussi te signaler que la traduction de 'nebbia'
n'est pas 'neige' mais 'brume' (brouillard).

Bisous de nous tous.

A bientôt.

Pina.

Dario chez les Helvètes a dit…

Merci Pina !

Pas facile de traduire de façon romantique.. ;-)

Moi j'adore ce morceau. J'ai eu l'occasion de l'entendre en live 2 fois, et la 1ere fois, j'en ai eu la cher de poule...
Voir : http://progresiste.com/convention/cont_2004_com_public_dm.htm