vendredi 1 décembre 2006

Bureaux presque prêts...

Aujourd'hui j'ai reçu un mail m'invitant à aller chercher mon badge d'accès au nouveau bâtiment.

Notre déménagement est prévu pour le 15 décembre et les travaux sont presque finis...

Voilà à quoi ça devrait ressembler... et plus bas vous verrez à quoi ça ressemble aujourd'hui...











Je me suis donc rendu à la réception des nouveaux bâtiments. En fait ces nouveaux locaux sont juste à côté des anciens. Le déménagement sera rapide...

J'ai fait les photos avec mon téléphone portable et de manière très discrète... il faut donc m'excuser pour la mauvaise qualité des prises de vues...

Nous avons donc l'entrée principale, qui devrait comporter des plans d'eau, des arbres et des jets d'eau...





La réception.


Une fois à l'intérieur, un énorme atrium...

Une super cantine / cafet.









Quelques photos en vrac...



Non seulement c'est très beau, très grand et très agréable, mais en plus c'est écologique !!!


Membre du Pacte mondial des Nations-Unies (Global Compact) depuis 2001, l’entreprise s’est engagée à «gérer l’impact social et environnemental de ses activités». De plus, selon la loi genevoise, tous les nouveaux bâtiments d’une certaine envergure doivent présenter un concept écologique cohérent : chaud, froid, ventilation, électricité. Enfin l’architecture doit être intégrée dans le milieu ambiant.
Serono a joué le jeu. Les trois hauts bâtiments translucides d’une surface de 1000 m2 (en construction) sont en matériaux recyclables, de manière à restreindre les besoins en chaleur, en climatisation et en éclairage artificiel. Mais la consommation de l’entreprise en chauffage et eau chaude reste impressionnante : 12,8 millions de kWh par an contre 6 millions pour les 40 raccordements de gaz desservant le quartier.

Pomper la chaleur dans le lac
Ce chambardement énergétique va déboucher sur une autre idée étincelante : pourquoi ne pas utiliser l’eau du lac pour rafraîchir ou chauffer les bâtiments ? Le «concept Serono» de pompe à chaleur, comme on l’a baptisé, est simple et pourtant génial. Une pompe va puiser l’eau du lac à plusieurs kilomètres au large et à 30m de profondeur. « Pour ne pas agresser la faune et la flore, il ne faut pas plus de 3° d’écart entre l’eau ambiante et celle rejetée, explique Spierer. Pour cela, un très gros débit d’aspiration est nécessaire – plus de 4'900 m3 par heure. La pompe à chaleur permettra chaque année de réduire les émissions de CO2 de 4800 tonnes et la consommation de mazout de 1500 tonnes, tout en augmentant surfaces chauffées de 60%. Au bilan final, 76% de l’énergie utilisée sera d’origine renouvelable.
Le concept a paru si séduisant qu’il a été décidé de doubler la capacité du pompage, afin de permettre aux futurs investisseurs de se raccrocher au système. Serono a accepté de prendre en charge les coûts totaux, tandis que les autorités s’engagent à une garantie financière.
A la fin des travaux, prévue en 2012, le projet offrira 2000 emplois supplémentaires ainsi que des infrastructures en fonction. De plus, en arrosant les parcs avec l’eau du lac, on économisera 400'000 m3 d’eau traitée – donc encore 400MW/an d’électricité épargnée.







Vivement le 15 !!!

Print this post

2 commentaires:

Anonyme a dit…

Impressionnant! J'aimerais bien qu'on vous aient comme client moi!

Anonyme a dit…

Ben on s'emmerde pas...